PASSÉ

DANIEL POMMEREULLE

8 JUIN 2012 - 28 JUILLET 2012

La Galerie Di Meo et la Galerie Christophe Gaillard sont heureuses d’annoncer l’exposition de Daniel Pommereulle du 7 juin au 28 juillet 2012.

Troisième exposition de l'artiste à la Galerie Di Meo qui initia ce travail dès 1993, ce sera la première exposition à la Galerie Christophe Gaillard qui représente dorénavant officiellement "l'Estate Pommereulle". 

Elles rendront ainsi conjointement hommage à Daniel Pommereulle en présentant dans leurs galeries respectives, à la fois les célèbres sculptures faites avec lames (Objets de cruauté et Objets de prémonition) mais aussi de rares oeuvres sur papier telles celles issues de la série Brûlures du ciel ou bien encore les sculptures réalisées à partir de verre atomique.

Daniel Pommereulle (1937-2003), laisse une oeuvre diverse, complexe et surtout, singulière et prémonitoire. Artiste rare, écrivain, poète, sculpteur, dessinateur, ou bien encore cinéaste et acteur, son oeuvre est faite de fulgurance, de transparence, de tranchant et coupant et reste encore à découvrir.

Après avoir peint ses premiers tableaux (Nuages, Spirales), il participe dès 1961 à l’Anti-Procès 3 de Milan organisé par Jean-Jacques Lebel et réalise par la suite, à partir de 1963, des assemblages d'objets. En 1966, associé aux "objecteurs" selon l’expression d’Alain Jouffroy, Pommereulle expose un Pêcher en fleur au Salon de mai, des Objets de tentation particulièrement provocants chez Mathias Fels puis par la suite travaille aux plans des grandes sculptures de la série Urgences ainsi qu’aux célèbres Objets de prémonition (1974-75). 

Cinéaste et acteur, il travaille avec Godard, Éric Rohmer (il collabore à La collectionneuse) ainsi qu’avec Philippe Garrel. Il réalise deux films One More Time (1967) et Vite (1969). On se souviendra de son exposition Fin de siècle au CNAC - Centre Georges Pompidou en 1975. 

Par la suite, Daniel Pommereulle, jouant sur la transparence, travaille le verre, la pierre et l'acier. Une rétrospective lui a été consacrée aux musées de Dole et de Belfort en 1991.

À l’occasion de cette exposition commune, parution aux Editions Biffures et aux Editions Di Meo, d’un catalogue avec un texte d’Olivier Kaeppelin.

> VOIR LA FICHE ARTISTE